Ce matin, petite marche Adeps tranquille à Malempré.
Malempré, je connais un peu pour avoir sillonné déjà pas mal de chemins lors de marches commémoratives en rapport avec la Bataille des Ardennes !
Ce n’est pas loin de chez moi, et comme j’ai une visite à faire dans le coin, j’en profite !
Bon, d’accord, la météo prévoit de la pluie ! Mais faut bien avouer que chez nous,  s’il fallait s’arrêter à cela, on ne marcherait plus jamais !
Donc, le sac à dos de promenade avec la bouteille d’eau, le K-way et l’anorak sont de rigueur !
Je suis parti tôt, j’arrive donc tôt ! Je suis sur place vers 07:15.
Je prends mon billet pour un 20 km et un café !
A signaler aux autres clubs organisateurs : le café est gratuit !  Je dis ça, je dis rien !
Pendant que je bois mon kaoua, j’en profite pour donner une petite explication à mes amis qui me lisent mais qui ne sont pas forcément des marcheurs réguliers.
Beaucoup de marcheurs dénigrent un peu ce genre de marches parce que les lieux de départ ne sont ouverts normalement qu’à partir de 08:00 (09:00 il y a quelques années encore !), que les itinéraires ne font que 20 km maximum et qu’il n’y a pas de contrôles (ni « points d’eau »).
Wouais ! Ceci écrit, il faut bien avouer que le but n’est pas non plus le même que sur d’autres marches !
20 km maximum, c’est parce que ce n’est pas un concours destiné à se la péter dans des calculs de chronos, de distance ou de vitesse kilométrique à l’arrivée ! Ce sont plus des parcours destinés aux familles et groupes d’amis, que des épreuves d’athlétisme pour sportifs confirmés. Même s’ils y sont nombreux aussi !
Comme pour les autres marches Adeps, ce sont de petits comités de villages, écoles, associations, qui organisent cette activité pour faire entrer un peu d’argent dans les caisses tout en nous faisant découvrir ce qu’il y a de plus intéressant dans leur région.
Les bénévoles qui s’en occupent, au contraire des marches organisées par la « Fédérale », ne sont pas tous des marcheurs habituels. Ils ne sont pas nombreux et n’ont pas vraiment les moyens des grands clubs de marche. Ceci suffit à expliquer tout le reste !
Tout cela pour en arriver où je voulais en arriver :  la marche du jour est organisée par l’Asbl Jeunesse de Malempré… et j’ai pu boire un café (gratuit !) à 7 heures du matin !

Le résumé de la marche sera rapide .
Pour ceu-zé-celles qui suivent mes pérégrinations,  y’a pas grand-chose à dire, c’était comme d’habitude.
Pour les autres, bin c’était une fois de plus la galère !
Rien de bien méchant, mais rien de maîtrisable ! Mon vieil appareil photo de  secours s’est avéré aussi inutile que mes autres qui sont H.S. Voici les seules photos que j’ai pu en tirer…


C’est pas avec ça que je vais décrocher un prix de photographie !   🙂
J’avais oublié de prendre avec moi le gsm qui aurait pu servir d’appareil photographique, même si je n’aime pas cela !
Et pour terminer, une erreur de parcours, de ma faute,  m’a envoyé rejoindre le parcours des 15 km à l’insu de mon plein gré ! En étant certain d’avoir suivi l’itinéraire des 20 et en suivant une longue ligne droite sans balises nécessaires, je me retrouve à l’entrée de Regné.
Je me dirige donc vers l’église du patelin pour savoir où je me trouve !
Je vois de la lumière… j’actionne la poignée de la porte…. Elle est ouverte !
Au dernier banc, un curé médite en attendant ses ouailles pour la messe du dimanche !
Il se retourne vers moi en me demandant : « Ah ! Un pèlerin ? »
En général,  j’essaie souvent de trouver un sens « pèlerin » à mes parcours , mais bon, c’est quand même pas marqué sur mon front !!! 🙂
Du coup, je discute un peu avec lui, de son église, de mon bâton de pèlerin de St Michel qu’il prend le temps d’examiner ! Jusqu’à ce que ses premières ouailles arrivent !
J’aurais aimé discuter un peu plus avec ce curé venu des pays de l’est, mais bon, là, ça va pas le faire !
A la sortie de l’église,  je tombe par hasard le parcours des 15 km que je suis bien évidemment en espérant retomber plus loin sur celui des 20.
Un peu plus tard, en étant rattrapé par deux marcheurs qui m’avaient dépassé alors que j’étais encore sur le bon itinéraire des 20, je comprends que j’ai zappé une bonne partie du parcours !
Bon, bin faudra faire avec !
Parce que sincèrement, le fait de me tromper ne me dérange pas du tout ! Au contraire !
Le problème, c’est que je ne sais plus faire de photos alors qu’il y a de magnifiques paysages  à partager !
Je suis vraiment passé par des endroits magnifiques en cette saison, mais je n’ai aucun moyen de vous les montrer, alors que c’est le but principal de mon blog !
Je ne suis pas fatigué, je ne suis pas mécontent, je suis carrément mouillé, mais pas au point  de râler.
A l’arrivée, je me change rapidement ! C’est fou ce qu’un vêtement sec peut faire de l’effet sur la suite d’un programme !!!!
Deux  «Oster»  (bière de la région) plus tard, je prends la route du retour !
En réalité, la route du retour, c’est surtout pour aller chercher mon gsm, le fameux machin qui fait aussi des photos !
En effet, j’avais prévu au retour de la marche,  de visiter le MHM, le Manhay Historical Museum.
Je le connaissais de nom, il vient d’ouvrir en 2018, mais je n’avais pas encore eu l’occasion d’y passer après une marche dans les environs !
Je ne regrette pas l’aller-retour !

MHM-firefly-04-678x381C’est un magnifique musée qui n’a peut-être pas la chance d’être dans le circuit des « passages obligés » par la « multimuséale bastognarde », mais qui est incontournable pour qui souhaite  connaître l’Histoire un peu plus précise de la région ! Et avec des effets scénographiques  que je n’avais encore vus nulle part ailleurs ! Ni en Belgique, ni en France ! Et je vous assure que des musées, j’en ai vus !!!

DSC_0013DSC_0014
DSC_0016DSC_0025DSC_0026
Je ne vais pas tout dévoiler, car sincèrement, la surprise en vaut la peine !
C’est donc là que j’achète la bière du jour avant de rentrer au bercail !
Parce qu’il faut bien l’avouer, le grand air et la pluie, ça fatigue ! 😉

Publicités